Le sport… au féminin

Pour la Journée internationale du sport féminin, mon confrère le Dr Benoit Poutet vous donne quelques conseils :

« Je vais vous parler de sport, non pas de manière classique, habituelle, promouvoir ses bienfaits parce que vous allez voir cela sur plein d’autres posts que le mien.

En ce qui me concerne, le sport doit toujours rester un ami. Il ne peut nous faire souffrir (nous ne sommes pas tous des sportifs de haut niveau !). Si tel était le cas, il faudrait se poser la question du bien-fondé, de la fréquence, de l’intensité et du style d’exercices que nous pratiquons. Par ailleurs, la pratique intensive peut créer des carences hormonales, minérales, hydriques, vitaminiques, etc. En effet, il n’est pas rare de voir des hommes ou des femmes d’une quarantaine d’années hyper sportifs mais complètement épuisés entre chaque session intensive de sport. Ils vont puiser dans leurs réserves et consommer tout ce qui peut l’être. Cette surcharge de dépenses étant exclusivement dédiée à la performance physique, il ne reste alors qu’une petite part pour la vie professionnelle, familiale, sociale. Dans ce cas une optimisation de la réserve pourrait être recherchée.
En corrigeant le tir, alimentaire, minérale, vitaminique et hormonale, le sportif pourra à nouveau voir pencher la balance du côté des bénéfices du sport.

A toi, Sport mon Ami. »

Share This: