L’avis du mois d’avril – « Notre réponse aux tests génétiques » Dr Naett

La médecine préventive se base sur l’examen clinique, les antécédents du patient, et sur la biologie clinique pour mettre en évidence des faiblesses ou des susceptibilités particulières pour développer une maladie. La détection de facteurs prédisposant à telle ou telle pathologie permet alors d’établir un plan de prévention pour éviter ou limiter cette maladie. Aujourd’hui le développement des connaissances et des techniques en génétique permet d’anticiper et de déterminer encore plus les facteurs de risques individuels pour de nombreuses pathologies. Ces tests sont d’ailleurs de plus en plus accessibles d’un point de vue financier.

Mais que faire de plus de deux milliards d’informations ponctuelles que l’on peut difficilement déchiffrer et donc utiliser ? Quel est l’intérêt d’apprendre que l’on a deux fois plus de chance que la moyenne de développer une maladie chronique ou un cancer à part d’inquiéter inutilement le patient s’il n’existe aucune action thérapeutique ? Pour qu’une information soit utile il faut non seulement pouvoir établir ou quantifier un risque particulier et surtout pouvoir apporter une solution préventive ou corrective efficace et mesurable. L’équipe de la clinique Hertoghe à des réponses aux tests génétiques et vous propose des thérapies adaptées.

Les laboratoires permettent maintenant d’effectuer différents tests génétiques en plus de la biologie traditionnelle, et on peut distinguer deux types de tests :

| Les tests qui montrent une modification génétique qui bloque la formation de molécules indispensables au métabolisme normal, et il faut alors pouvoir compenser ce manque. C’est le cas pour l’intolérance au lactose, à l’histamine, pour un déficit en fucosyl qui entraine des troubles digestifs chroniques. Dans ces cas l’apport d’une enzyme en complément nutritionnel corrige le déficit et fait disparaitre les symptômes. Il est dans ces cas fondamentaux de pouvoir diagnostiquer précisément le déficit en cause et de le compenser plutôt que de faire des régimes d’éviction alimentaires à l’aveugle et au résultat aléatoire. Les régimes d’éviction que nous proposons à nos patients sont basés sur des tests et des analyses précis.

| D’autres tests génétiques sont d’interprétation plus complexe parce qu’ils ne mettent pas en évidence un déficit complet, mais seulement partiel du métabolisme. Ceci veut dire qu’une personne aura la capacité de « digérer » une situation métabolique particulière, mais avec une capacité diminuée de moitié ou du quart par rapport à un individu « normal ». Dans ce cas la détection de ces faiblesses permet d’éviter la surcharge de l’organisme qui fait le lit de la maladie ou d’apporter des compléments micronutritionnels qui optimisent les fonctions biologiques déficientes. C’est le cas par exemple pour les personnes déficientes pour le gène MTHFR qui nécessitent des apports de vitamines nettement supérieurs à la moyenne. C’est le cas pour les gênes qui influencent la détoxification et donc de nombreuses intolérances alimentaires ou médicamenteuses. Ces fonctions peuvent être optimisées et corrigées par la nutrition, la micronutrition, et des traitements hormonaux.

L’étude groupée de plusieurs enzymes impliquées dans le métabolisme lipidique, glucidique, énergétique permet d’établir un plan préventif de nombreuses maladies métaboliques comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, ou les maladies neuro dégénératives.

Enfin, il reste à signaler l’identification de gènes favorisant l’apparition de certains cancers qui permettent d’établir une prévention ou un dépistage ciblé.

Cette nouvelle médecine basée sur la génétique permet donc non seulement d’identifier des déficits précis, mais aussi des facteurs de risque que l’on peut minimiser. Et enfin, de plus en plus, ces tests permettront d’établir une véritable carte d’identité biologique pour chaque individu et ainsi proposer à chacun une prise en charge personnalisée et des traitements adaptés à son métabolisme.

Chaque individu est unique, on le sait, il faut se donner les moyens de s’approcher de cette singularité et la génétique est aujourd’hui un des moyens à utiliser pour y arriver.

 

Petit exemple de traitement : Pour les allergies liées à des tests génétiques déficients en histamine, ce qui provoque des allergies respiratoires, dermatologiques, nous vous conseillons dans un premier temps d’éviter les aliments riches en histamine ou qui libère de l’histamine, ensuite de prendre une supplémentation en vitamine B6, daosin, vitamine C et cuivre.

Share This: