Comment faire disparaître une maladie silencieuse ?

L’endométriose est une dissémination de bouts de muqueuse de l’utérus (« endomètre ») hors de l’utérus sur d’autres organes comme le vagin, les ovaires, la paroi externe et non plus seulement interne de l’utérus, la vessie, et les intestins.

Il n’est pas normal de ressentir de fortes douleurs lors de menstruations. Si le mal vous empêche d’être active et entrave votre capacité à être productive, vous devriez envisager de prendre rendez-vous chez un gynécologue afin de déterminer la réelle source de ce genre de troubles.

Saviez-vous qu’une carence en progestérone pouvait causer l’endométriose ? En effet, la progestérone régule l’émotivité excessive, la nervosité, l’anxiété et l’irritabilité que peut provoquer l’œstrogène. Sur le plan physique le manque de progestérone laisse les seins, les ovaires et l’utérus s’engorger d’eau et se remplir de cellules qui se multiplient de manière souvent anarchique, rendant les seins et le ventre gonflés et douloureux, et donnant une perte de sang excessive lors des règles. Lorsque le déficit en progestérone persiste et devient chronique, l’endométriose peut se former.

 

Mon confrère, le Dr Marc Naett apporte quelques précisions :

L’endométriose est une affection dont l’origine est peu connue, mais qui provoque des petites lésions hémorragiques au niveau ou autour de l’appareil génital féminin. Ces lésions n’apparaissent qu’après la puberté et sont entretenues par le cycle menstruel. Sans plus de précision on suspecte à ce jour un état inflammatoire chronique et un dérèglement immunitaire qui serait à l’origine de cette maladie.

Les signes d’endométriose qui peuvent exister à différents degrés sont le plus souvent :

| Douleurs en fin de règles

| Douleurs pelviennes

| Douleurs aux rapports

| Infertilité

Si le diagnostic peut être fait par des examens complémentaires (IRM – laparoscopie) le traitement de la cause n’existe pas. En fait le meilleur traitement est de supprimer les règles qui entretiennent la maladie, ce qui n’est pas toujours très facile ou souhaitable.

Il existe une approche nutritionnelle qui vise à éviter une inflammation intestinale et icronutritionelle pour diminuer l’inflammation : Zinc, Vit D, curcuma, antioxydant.

Une grossesse n’est pas contre-indiquée. En effet durant la grossesse le climat hormonal et immunitaire va permettre aux lésions de guérir durant 9 mois, surtout que pendant tout ce temps il n’y aura pas de règles pour entretenir la maladie.

 

*Consultez un médecin avant de commencer un traitement.

Share This: