L’avis du mois de Septembre – Focus Cheveux avec le Dr Vranken!

La santé du cheveu est un miroir implacable des déficiences hormonales et nutritionnelles. La plainte de perte de cheveux et de calvitie revient fréquemment en consultation aussi bien chez les hommes que les femmes. Elle est due à une combinaison de carences nutritionnelles et hormonales.

Débutons avec les hormones, les hormones thyroïdiennes sont cardinales pour la santé du cheveu. Une hypothyroïdie entraîne une perte diffuse des cheveux et une altération de la qualité du cheveu qui devient fin et sec. Les hormones sexuelles sont également cruciales. Les œstrogènes aident à épaissir la chevelure des femmes, et la testostérone, celle des hommes. Le manque d’œstrogènes chez la femme entraîne une chute des cheveux. Lors d’un traitement à la testostérone, il est important de bloquer sa transformation en dihydrotestostérone, car cette dernière est responsable de chutes de cheveux chez l’homme et la femme.

Qu’en est-il des autres hormones ?

L’hormone de croissance et l’IGF 1 aident également à épaissir les cheveux. La mélatonine en application locale est efficace pour diminuer la perte de cheveux. Le cortisol adjoint d’un antimycotique en solution topique peut lutter localement contre la perte de cheveux en plaque liée au stress. L’ACTH en injection peut être utile lors d’une perte totale des cheveux.

Passons à l’aspect nutritionnel, le zinc et le fer sont des oligo-éléments indispensables, leur carence peut causer la chute des cheveux. Les vitamines A, B7, C et D sont également importantes pour une bonne santé des cheveux. Un traitement oral à l’huile de bourrache (riche en acides gras de type oméga 6) stimule la repousse des cheveux. L’application locale d’un mélange d’huile riche en oméga 6 peut l’être également. Les acides aminés à base de soufre ainsi que le MSM (méthylsulfométhane) sont les plus utiles pour avoir une belle chevelure.

Nous avons donc un tas d’outils intéressants et efficaces à disposition. À l’aide d’une prise de sang exhaustive, de l’analyse des urines de 24h et d’un test des minéraux et métaux lourds, nous pouvons déterminer les carences hormonales et nutritionnelles et y remédier. Les résultats ne tardent pas à se faire attendre, quelques semaines pour le traitement nutritionnel souvent un peu plus pour les traitements hormonaux (car on utilise des doses quasi physiologiques).

Share This: